Deux sœurs de la Nouvelle-Écosse font du bénévolat auprès de jeunes athlètes d’Olympiques spéciaux tous les vendredis soirs – et elles ne changeraient leur rôle pour rien au monde

Morgan (à gauche), Caelen (au centre) et Abbie MacNeil.

Les sœurs MacNeil de la Nouvelle-Écosse ont des vendredis soirs bien remplis depuis leur adolescence.

Entraîneuses depuis 7 ans déjà, Morgan (23 ans) et Abbie (25 ans) travaillent bénévolement auprès d’enfants et de jeunes ayant une déficience intellectuelle dans le cadre du programme S’amuser grâce au sport d’Olympiques spéciaux à Enfield. En 2018, elles en sont officiellement devenues les animatrices.

« C’est pour nous la meilleure façon de nous amuser et de contribuer à notre collectivité », affirme Morgan, qui est également infirmière à temps plein à Truro. « Ce rôle nous permet de combiner l’activité physique à notre amour pour les personnes ayant des besoins particuliers. »

Elles attribuent leur passion pour la cause à leur sœur Caelan, 17 ans, qui participe également au programme S’amuser grâce au sport.

« Notre petite sœur a le syndrome de Down. Enfants, nous savions qu’il était important d’inclure les personnes ayant des besoins particuliers et de faire valoir leurs intérêts. Cela fait naturellement partie de notre personnalité et de notre mode de vie », souligne Morgan. « C’est génial de pouvoir passer du temps avec Caelan à la maison et de travailler avec elle en tant qu’athlète. »

Les sœurs ont réussi à faire croître le programme d’Enfield, qui compte maintenant 18 athlètes et 20 bénévoles. Ainsi, chaque jeune athlète travaille maintenant individuellement avec un « compagnon ».

« Certains de nos athlètes ont tellement hâte de retrouver leur compagnon qu’ils se précipitent dans le gymnase chaque semaine », raconte Abbie, qui termine son dernier semestre à l’École des sciences infirmières de l’Université de Dalhousie. « La joie dans le gymnase est palpable. »

Photos d’une séance du programme S’amuser grâce au sport d’Olympiques spéciaux Nouvelle-Écosse – Enfield.

Ce qu’Abbie préfère du programme S’amuser grâce au sport, c’est d’entendre les parents dire à quel point leurs enfants aiment le programme et qu’ils leur demandent sans cesse s’ils vont à Olympiques spéciaux ce soir.

Pour Morgan, c’est de voir grandir le groupe tricoté serré.

« Nous travaillons avec les mêmes athlètes depuis deux ans, et j’ai eu la chance de voir certains d’entre eux grandir, tant sur le plan physique que sur le plan de leurs habiletés sportives et sociales », affirme-t-elle. « Certains athlètes franchissent une étape importante quand ils commencent à parler au bénévole qui les accompagne, alors que d’autres parviennent plutôt à se dépasser sur le plan physique. »

Étant donné la taille de leur programme, les deux sœurs sont en mesure d’adapter les activités aux besoins de chaque athlète et de leur fixer des objectifs précis.

« C’est toujours passionnant de les voir commencer à atteindre leurs propres objectifs », confie Morgan.

En tant qu’animatrices, Abbie et Morgan planifient l’ensemble de la programmation et consacrent chaque mois à un sport différent. Le vendredi soir, une fois tous les bénévoles arrivés, elles prennent les commandes.

« Les bénévoles aiment beaucoup venir aider les athlètes chaque semaine, et ça se voit. Rien de tout cela ne serait possible sans eux », souligne Morgan.

Photos d’une séance du programme S’amuser grâce au sport d’Olympiques spéciaux Nouvelle-Écosse – Enfield.

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé en mars, le programme a dû s’arrêter brusquement, tout comme les célébrations et récompenses habituelles de fin de saison.

« Ça a été assez difficile – nos athlètes du vendredi soir nous manquent », dit Morgan.

Les sœurs et leur équipe de bénévoles ont fait de leur mieux pour garder le contact par l’entremise des médias sociaux.

Pour inciter les athlètes à bouger et à sortir à l’extérieur, Morgan et Abbie ont publié des vidéos de Caelan qui s’entraîne et qui réalise des courses à obstacles à la maison.

Comme les activités sont toujours suspendues dans certaines régions, les deux animatrices prévoient adapter leur programmation en proposant des vidéos en ligne, des tutoriels et des défis hebdomadaires afin de s’assurer que leurs athlètes continuent à progresser et à atteindre leurs objectifs.

Suivez le programme S’amuser grâce au sport d’Enfield (Nouvelle-Écosse) sur Instagram ici.

En savoir plus sur les possibilités de bénévolat auprès d’Olympiques spéciaux

Faire un don