À la rencontre de scott Edwards, agent du service de police de Morden, au Manitoba

À l’occasion de la Semaine nationale de la police, qui se déroule du 10 au 16 mai, nous remercions nos 13 577 membres de la Course au flambeau des agents de la paix (CFAP) de partout au Canada en présentant certaines de leurs histoires. Ces agents de la paix canadiens mettent de leur temps personnel au service d’Olympiques spéciaux pour sensibiliser le public et amasser des fonds essentiels. La CFAP est le plus important organisme communautaire de sensibilisation et de collecte de fonds au profit d’Olympiques spéciaux dans le monde. Profitons de cette occasion pour souligner le rôle extraordinaire des agents de la paix dans la vie des athlètes et des familles d’Olympiques spéciaux.

À LA RENCONTRE DE SCOTT EDWARDS, AGENT DU SERVICE DE POLICE DE MORDEN, AU MANITOBA

Const. Scott Edwards stands in front of a police car with the door open holding a No Good Way sign. His police dog Chase sits in the front seat.
L’agent Scott Edwards et Chase participent à l’initiative #PasDeBonneFaçon.


L’agent Scott Edwards donne de son temps à la Course au flambeau des agents de la paix (CFAP) du Manitoba depuis 2014 et occupe actuellement le poste de secrétaire du comité de direction de l’organisme. Il est également président du comité du Défi de l’ours polaire de Morden, qui en est à sa cinquième année. L’événement a franchi la barre des 100 000 dollars amassés en février 2020. L’agent Edwards joue un rôle essentiel dans l’organisation de la Course au flambeau, qui se déroule en juin dans trois villes du Sud du Manitoba, aux côtés d’athlètes d’Olympiques spéciaux Manitoba et d’élèves des écoles locales. 

C’est avec un dévouement sans bornes et un grand sourire qu’il soutient tous les événements provinciaux de la CFAP. 

1.    Quel est votre rôle par rapport à l’application de la loi?

Je suis agent de police au sein du Service de police de Morden. J’exerce ce métier depuis près de 12 ans et suis actuellement affecté à la patrouille générale. Comme notre service est relativement petit, nous assumons plusieurs rôles et possédons tous une formation spécialisée dans certains domaines de l’application de la loi. L’une de ces unités spécialisées est l’unité canine, où j’ai la chance d’être le maître-chien de Chase, notre chienne policière âgée de 9 ans.

2.    Qu’aimez-vous de votre travail?

J’aime la variété. La paperasserie et le travail de bureau font partie de mon métier, mais j’ai également l’occasion de travailler à l’extérieur et d’explorer toutes les facettes de ma collectivité. Je rencontre différentes personnes dans différentes situations, et c’est toujours très gratifiant de pouvoir aider les gens, quels que soient leurs besoins. 

3.    Quel a été le moment fort/préféré de votre carrière?

Devenir un maître-chien a été un moment fort de ma carrière. Chase est le premier chien policier de notre unité; j’ai adoré participer à ses entraînements de dressage quotidiens. Elle fait partie de ma famille et nous permet de collaborer avec d’autres services en raison du travail qu’elle accomplit. 

4.    À quel titre participez-vous à la CFAP?

Je siège actuellement au comité de direction de la CFAP du Manitoba en tant que secrétaire. Je suis l’un des responsables du Défi de l’ours polaire, que la CFAP organise à Morden depuis maintenant 5 ans. J’organise également les courses au flambeau annuelles qui ont lieu en juin dans la région et j’ai participé à plusieurs événements, dont la Cérémonie d’ouverture des Jeux provinciaux ainsi que le convoi de camions de la CFAP. 

5.    Quand et pourquoi avez-vous commencé à vous impliquer auprès d’Olympiques spéciaux/de la CFAP?

J’ai fait du bénévolat auprès d’Olympiques spéciaux lorsque j’étais à l’école secondaire, puis j’ai redécouvert le mouvement en 2014, lorsque j’ai commencé à m’impliquer auprès de la CFAP du Manitoba. Il y a toujours eu un lien spécial entre les agents de la paix et les athlètes d’Olympiques spéciaux, et lorsque j’ai décidé de m’investir davantage dans ma collectivité, je n’ai pas hésité à choisir Olympiques spéciaux. 

6.    Quel est votre moment/souvenir préféré par rapport à Olympiques spéciaux/la CFAP?

À Morden, nous avons une athlète qui excelle aux échelons national et mondial. En 2017, j’ai eu la chance de participer à une célébration des médailles qui a eu lieu en son honneur. Les organisateurs de l’événement avaient réuni sa famille, ses amis, ses entraîneurs et quelques dignitaires pour la célébrer et souligner ses exploits. Un autre agent et moi-même portions les drapeaux lors de la célébration. J’ai vu l’athlète discuter avec tous ceux qui voulaient entendre l’histoire derrière l’une de ses nombreuses médailles, mais ce qui m’a le plus marqué, c’est le soutien que notre collectivité démontrait, et continue de démontrer, envers cette athlète d’Olympiques spéciaux. 

7.    Comment Olympiques spéciaux et la CFAP ont-ils changé votre vie?

Olympiques spéciaux et la CFAP nous permettent, à mes collègues et à moi, d’interagir avec des personnes en dehors du cadre de notre travail d’application de la loi. C’est très valorisant de faire partie de ces organismes, et je garde de précieux souvenirs de la reconnaissance sincère dont les gens font preuve lors des événements auxquels nous participons. Faire du bénévolat auprès d’Olympiques spéciaux et de la CFAP m’a également permis de rencontrer beaucoup de gens et de tisser des liens.

8.    Pourquoi d’autres agents de la paix devraient-ils participer à la CFAP?

Je crois que le bénévolat, à tous les échelons, est un aspect important de notre travail d’agent de la paix. Donner de son temps à un organisme comme la CFAP, qui possède une longue histoire de collecte de fonds et de sensibilisation au service d’Olympiques spéciaux, a une incidence positive sur les athlètes locaux et les agents de la paix et dans l’ensemble de la collectivité. 

Tags