Special Olympics Canada | Olympiques Spéciaux Canada
English
42,565 enfants, jeunes et adultes

ayant une déficience intellectuelle qui sont présentement inscrits aux programmes d’Olympiques spéciaux au Canada.

1968 année de création d’Olympiques spéciaux

par Eunice Kennedy Shriver, qui a remporté plusieurs prix soulignant ses efforts

Team Canada

Sports Officiels

Développer l’esprit sportif

Afin de créer un environnement susceptible de répondre aux besoins de tous, au niveau de la compétition de même qu’au niveau personnel, nous avons pris le temps nécessaire pour élaborer des règles et des procédures faisant en sorte que chaque athlète soit dans un groupe approprié en vue de la compétition.

Sports d’été
Athlétisme (PDF)
Balle-molle (PDF)
Basket-ball (nouveau en 2011) (PDF)
Bocce (PDF)
Dynamophilie (PDF)
Golf (nouveau en 2011) (PDF)
Gymnastique Rythmique (PDF)
Jeu de 5 Quilles (PDF)
10-pin Bowling (PDF)
Natation (PDF)
Soccer (PDF)

Sports d’hiver

Curling (PDF)
Hockey Intérieur (PDF)
Patinage Artistique (PDF)
Patinage Artistique Compétences Graphique (PDF)
Patinage artistique Niveau 1-2 Éléments Schéma (PDF)
Patinage de Vitesse (PDF)
Raquette (PDF)
Ski Alpin (PDF)
Ski de Fond (PDF)

Divisionnement pour les competitions

Qu’est-ce que le divisionnement?

La différence fondamentale qui différencie les compétitions des Olympiques Spéciaux de celles des autres organisations sportives est que tous les athlètes de tous les niveaux d’habiletés sont encouragés à y participer.

Les compétitions sont structurées pour que les athlètes compétitionnent contre d’autres athlètes ayant des habiletés similaires dans des divisions équitables.

Formation des divisions

Sports individuels

Étape 1 : Division en fonction du sexe
Étape 2 : Division en fonction de l’âge (21 ans et moins, de 22 à 39 ans, 40 ans et plus) On peut combiner des groupes d’âge s’il n’y a pas assez d’athlètes pour créer une compétition véritable dans un groupe donné.
Étape 3 : Division en fonction de l’habileté. Partir du principe que l’écart de performance maximal recommandé entre athlètes d’une même division est fixé à 25 %.
Étape 4 : Division en fonction du nombre d’inscriptions à une épreuve

Trois athlètes ou plus sont inscrits à l’épreuve
Regrouper de trois à huit athlètes par division.
Si on se retrouve avec plus de huit athlètes dans une division, réduire l’écart de performance pour former de nouveaux regroupements par habileté — on suggère une réduction de 5 % à la fois. Par exemple, on pourrait réduire l’écart de performance à 20 % pour créer deux regroupements par habileté.

Deux athlètes sont inscrits à l’épreuve
Les athlètes concourent l’un contre l’autre, pour autant qu’ils sont du même sexe.

Un seul athlète est inscrit à l’épreuve

L’athlète concourt contre son propre résultat en ronde de division. Il remporte :

Médaille d’or : s’il obtient un résultat supérieur à son résultat en ronde de division;
Médaille d’argent : s’il obtient un résultat égal ou inférieur d’au plus 10 % à son résultat en ronde de division;
Médaille de bronze :  s’il obtient un résultat inférieur de 11 % à 25 % à son résultat en ronde de division.

Dans le cas des épreuves pour lesquelles on ne tient pas de ronde de division, l’athlète remporte une médaille d’or.

Formation des divisions en sports jugés

Étape 1 :     Division en fonction du sexe
Étape 2 :     Division en fonction de l’âge (21 ans et moins, de 22 à 39 ans, 40 ans et plus) On peut combiner des groupes d’âge s’il n’y a pas assez d’athlètes pour créer une compétition véritable dans un groupe donné.
Étape 3 :  Division en fonction de l’habileté, suivant les niveaux de performance prédéterminés indiqués dans les règlements sportifs pertinents

Patinage artistique

S’il y a plus de huit concurrents à un niveau donné, on classe les athlètes selon leurs résultats aux éléments imposés.

Gymnastique rythmique

S’il y a plus de huit concurrents à un niveau donné, on tient une ronde de division. Les résultats au concours général déterminent les divisions en finale.

Formation des divisions aux 10-quilles

i.          On regroupe les concurrents en fonction de leur habileté et  de leur sexe.
ii.         Le classement en vue de la formation des divisions tient compte d’un maximum de huit concurrents ou équipes par division.
iii.        En compétition, il doit y avoir un minimum de trois inscriptions dans chaque épreuve.
iv.        Le calcul des handicaps s’établit comme suit : 90 % de la différence entre la moyenne du concurrent à l’inscription et la marque normale de 180.
N. B. : Un ajustement est possible si un quilleur a une moyenne supérieure à la marque normale de 180.
v.         Au moment d’établir les divisions,
a) on regroupe les concurrents individuels en fonction de leur moyenne.
b) on regroupe les équipes à deux en fonction des moyennes combinées de leurs membres.
c)         on regroupe les équipes en fonction des moyennes combinées de leurs membres.
vi.        Un concurrent n’est pas obligatoirement classé dans la même division en compétition individuelle, en double et par équipe.
vii.       Les divisions sont établies par la direction du tournoi de concert avec le bureau national. La formation des divisions ne peut faire l’objet d’aucune réclamation.

Formation des divisions en sports d’équipe

Étape 1 : On répartit les équipes en fonction des formulaires Évaluation des habiletés d’équipe pour tenir une ronde de division.
Étape 2 :  La ronde de division s’étend sur deux jours et consiste en des parties de durée réglementaire.
Étape 3 : Au terme de la ronde de division, on forme de nouvelles divisions en vue de la finale. Les résultats obtenus en ronde de division ne comptent pas en ronde finale.

Règle de la performance maximale (RPM)

On tient des épreuves de division pour opposer les athlètes à des concurrents d’habileté similaire en finale. La règle de la performance maximale (RPM) intervient pour que les athlètes donnent leur pleine mesure en ronde de division.

S’il a fourni une performance maximale en ronde de division, un athlète ne devrait pas obtenir un résultat supérieur à 15 % en finale. Voici la marche à suivre dans le cas d’un athlète présentant un écart de performance à la hausse supérieur à 15 %.

  • On signale l’infraction à la règle de la performance maximale (RPM).
  • On effectue une redivision et on place l’athlète concerné dans la division correspondant à son temps ou à sa distance.
  • L’athlète est admissible à une médaille si son temps ou sa distance le justifie.
  • La redivision n’influence pas le classement des athlètes appartenant à la nouvelle division de l’athlète concerné — si l’athlète concerné se classe troisième dans sa nouvelle division, l’athlète qui occupait cette place la conserve malgré cela.
  • On n’alloue aucun point de sélection (pour la progression à un niveau de compétition supérieur) à l’athlète concerné pour l’épreuve
  • La règle de la performance maximale ne s’applique pas si, à la suite d’une redivision, l’athlète concerné est replacé dans la même division.

Un entraîneur estimant que son athlète n’a pas donné sa pleine mesure en course de division, en infraction éventuelle à la RPM, peut soumettre un meilleur temps de manière que l’athlète concerné soit placé dans une division conforme à son niveau d’habileté réel.

Si un athlète tombe ou est disqualifié durant une épreuve de division, son entraîneur a le choix entre :

1)      Soumettre un meilleur temps, une plus grande distance ou une hauteur supérieure.
2)      Concéder le temps, la distance ou la hauteur de qualification.
3)      Reprendre l’épreuve*.

*N. B. —    Épreuves admissibles à une reprise :

-  ski de fond — 100 m et 500 m;
-   raquette — 100 m et 200 m;
-  patinage de vitesse — 111 m et 222 m;
-  athlétisme — 50 m, 100 m, 200 m, 400 m,  haies;
- natation — toutes les épreuves de 25 m et 50 m.

Si un athlète tombe ou est disqualifié au cours d’une seconde course de division, son entraîneur a le choix entre :

1) Soumettre un meilleur temps.
2) Concéder le temps de qualification.

l’application de la règle de lA PERFORMANCE MAXIMALE ne peut faire l’objet d’aucune réclamation.

Exception relative au ski de fond

La procédure suivante devrait s’appliquer aux sports où, comme en ski de fond, des variations environnementales peuvent influencer la performance des athlètes :

Avant chaque épreuve de division, un ouvreur skie le parcours pour déterminer un temps de référence. Le même ouvreur skie le parcours de  nouveau avant la finale pour vérifier si les conditions de la piste favorisent un meilleur temps. On peut ainsi établir la nécessité de modifier l’écart de performance stipulé par la règle de la performance maximale. Le cas échéant, on avise les entraîneurs de la hausse de pourcentage tolérée.