Special Olympics Canada | Olympiques Spéciaux Canada
English
4364 joueurs de basket-ball

Le nombre d'athlètes présentement inscrits en basket-ball, l'un des nouveaux sports d'été offerts par Olympiques spéciaux.

40,301 enfants, jeunes et adultes

ayant une déficience intellectuelle qui sont présentement inscrits aux programmes d’Olympiques spéciaux au Canada.

Team Canada

Olympiques spéciaux Canada et GREY Canada dévoilent une nouvelle campagne publicitaire


« Pas de traitement spécial » met en valeur l’égalité dans le sport

À l’aube des Jeux Olympiques spéciaux mondiaux d’été de 2015, qui se tiennent du 25 juillet au 2 août, Olympiques spéciaux Canada, en collaboration avec son partenaire national GREY Canada, est fier de dévoiler une nouvelle campagne publicitaire bilingue qui met ses athlètes en vedette. Intitulée « Pas de traitement spécial », la campagne est axée sur l’égalité dans le sport.

C’est la passion, la détermination et la motivation des athlètes d’Olympiques spéciaux qui ont inspiré la campagne « Pas de traitement spécial » à GREY Canada, partenaire de longue date d’Olympiques spéciaux Canada en création publicitaire.  Stimulée par le concept du directeur artistique, James Ansley, l’équipe de GREY Canada a créé une campagne dynamique et émouvante, qui traduit avec justesse la volonté et la force des athlètes d’Olympiques spéciaux, en entraînement comme en compétition. Conjointement avec GREY Canada et avec l’appui de MediaCom en planification médias, Hubert Davis (Untitled Films), Matt Barnes (WestSide Studios) et Adam Dumoulin (The Egglant) ont offert généreusement temps, expertise et énergie pour créer la campagne « Pas de traitement spécial ».

« La campagne “Pas de traitement spécial” livrée par son dévoué partenaire, GREY Canada, soulève une immense reconnaissance et un grand emballement chez Olympiques spéciaux Canada, affirme Sharon Bollenbach, directrice générale de l’organisme. Son lancement couronne des heures innombrables d’efforts déployés pour communiquer un message qui trouve une résonnance profonde auprès de nos athlètes et de leurs familles. Nous espérons que cette campagne rappelle à tous les Canadiens que les personnes présentant une déficience intellectuelle peuvent réussir et y arrivent, quand on leur en donne la chance, et qu’elle aide à convaincre plus d’athlètes, d’entraîneurs, de bénévoles et de donateurs de se joindre au mouvement Olympiques spéciaux. »

« Pas de traitement spécial » utilise le sport pour mettre vraiment en lumière le potentiel illimité de nos athlètes. Aveugle aux obstacles, le sport ne réserve de traitement spécial à personne et permet aux athlètes d’Olympiques spéciaux de démontrer leurs talents. La campagne met en vedette les athlètes Jackie Barrett (dynamophilie), Robert Pipitone (athlétisme) ainsi que Julia Longo et Nerissa Pooran (natation). La narration dans les messages télévisés et radiodiffusés est assurée par Tess Trojan, Matthew Nighswander et Maxime Duguay, athlètes d’Olympiques spéciaux.

« En parlant avec les athlètes, confie James Ansley, directeur artistique chez GREY Canada, j’ai été estomaqué par l’intensité et le cœur qu’ils mettent dans leur sport respectif. J’ai su que nous devions partager leur histoire. Ça a été une expérience formidable de travailler avec eux et de les voir s’exécuter de près. »

« Je suis fier et honoré d’avoir été un des narrateurs de cette campagne,  se réjouit  Matthew Nighswanders. “Pas de traitement spécial” me prouve qu’Olympiques spéciaux Canada est derrière tous ses athlètes pour nous encourager à faire de notre mieux. La campagne montre aussi à tous les Canadiens que les athlètes d’Olympiques spéciaux peuvent réussir quand on leur en donne la chance. Enfin, elle m’a donné l’occasion de parler en public – ce que j’adore – et de participer à quelque chose qui favorise l’inclusion et me permet de contribuer à ma collectivité, à mon pays et à la société. »

Lancée officiellement le 18 mai 2015, la campagne pourra être vue tout l’été grâce à des espaces publicitaires achetés ou donnés généreusement par TSN, RDS, le Toronto Sun et le Globe and Mail. La campagne est accessible sur diverses plateformes – films, imprimés, médias numériques, radio et réseaux sociaux.