Special Olympics Canada | Olympiques Spéciaux Canada
English
50 pour cent

Le pourcentage d'athlètes d'Olympiques spéciaux qui ont un emploi. Une étude réalisée par SONA Research en 2009 a révélé que 10 % des adultes ayant une déficience intellectuelle, soit un sur 10, sont sans emploi.

30 membres officiels

du Réseau des champions d’Olympiques spéciaux

Team Canada

Voici… Catherine

Athlète de piste originaire de Whitby en Ontario, Catherine Partlow a 27 ans et fait partie d’Olympiques spéciaux depuis l’âge de 14 ans.

Au tout début, Catherine compétitionnait en natation et, même si elle s’est fait de bons d’amis, ce n’était pas toujours le cas.

Enfant, l’école a été difficile pour Catherine. Elle n’avait qu’un seul ami. Il s’appelait Jimmy et il avait le syndrome de Down. Catherine vous dira “les autres enfants ne nous ennuyaient pas trop parce que nous avions des besoins spéciaux”.

Puis sa maman a entendu parler d’Olympiques spéciaux et sa vie a changé. Elle a découvert plusieurs sports comme la natation et le patinage de vitesse avant de découvrir enfin l’athlétisme, sa passion. Catherine se dépêche d’expliquer “J’adore courir et j’ai l’impression de voler quand je suis sur la piste! ”

Tout au long de son parcours, elle a rencontré des entraîneurs qui ont cru en elle, l’encourageant sans relâche à faire de son mieux. Pour Catherine et sa famille, Olympiques spéciaux leur a permis de rencontrer plein de monde et de se faire de nouveaux amis qui l’acceptent comme elle est. Elle a appris à faire partie d’une équipe et a acquis la confiance nécessaire pour participer à des compétitions. Elle a eu la joie de représenter le Canada trois fois aux Jeux mondiaux d’été d’Olympiques spéciaux, d’abord en Irlande (2004), puis en Chine (2007) et tout récemment à Athènes, en Grèce (2011). Pour Catherine, se retrouver sur le podium et recevoir l’or pour le Canada est un moment de fierté incomparable.

“Je ne peux imaginer ma vie sans Olympiques spéciaux. C’est là que j’ai développé la confiance d’essayer de nouvelle choses”, affirme Catherine. Maintenant, elle se rend toute seule au gymnase où elle s’entraîne trois fois par semaine. “Merci de croire en des athlètes comme moi et d’appuyer Olympiques spéciaux.”